DES MAUX POUR LE DIRE...

Publié le par Déborah Bernardeau

 



Des maux pour le dire

 

 

Ce soir tes yeux de jade se noient dans ton café

Et tes lèvres humides brûlent d’angoisse enfiévrée

Je suis là face à toi et je ne sais que dire

Car mon cœur va mal quand tu souffres le martyre

 

Je ne sais quels fantômes viennent hanter tes nuits

Te blessant de leurs griffes en ton âme meurtrie

Mais sache que pour toi je décrocherai le ciel

Si tu pouvais connaître un bonheur éternel

 

Tu n’oses me regarder les yeux embués de larmes

Et tes mots en écho viennent embraser la flamme

Qui dévore ton esprit de femme vivant l’enfer

Sous le joug d’une emprise dont l’étau se resserre

 

La brasserie suffoque sous les rires des convives

Et les néons deviennent des ombres inquiétantes

Tandis que mes questions chaque fois tu esquives

Tant le mal qui te ronge te plonge dans l’épouvante

 

C’est alors que surgit l’implacable vérité

Tandis sur ton bras que tu tenais caché

L’empreinte violacée  d’ecchymoses récentes

Viennent briser le tabou d’un mari qui violente

 

 

 

En France, il y a environ deux millions de femmes qui sont confrontées à une violence au niveau de son couple, soit une femme sur 10. Chaque mois, on evalue à dix le nombre de femmes qui meurent à cause de la violence conjugale. Pour qu’enfin cesse cette maltraitance faite aux femmes, dans l’intimité du foyer conjugal !

 

 

 

 

Publié dans créations poétiques

Commenter cet article

dine 28/06/2009 10:36

Un texte déchirant et criant de vérité. Cela est tellement vrai et dire que parfois cela arrive tout près de nous et que l'on ne peu rien faire. Que ce soit violence physique ou même moral (car même avec des mots cela peu faire très mal) cela ne devrait pas exister. Merci de tes mots chez moi malgré mon "absence" pas facile quand même de remonter... je te souhaite un bon dimanche et j'espère qu'il sera ensoleillé. Je t'embrasse fort. Amicalement

Déborah 28/06/2009 19:37


Merci chère Dine pour ton passage sur oiseau lyre et pour ton gentil post. J'ai bien reçu ton mail. J'y répondrai ce soir ou demain... Garde espoir Dine. Cette personne qui te fait tant souffrir
aujourd'hui ne méritait pas ton amitié et n'était probablement pas une vraie amie. Quelqu'un, lorsque j'étais triste suite à une amitié brisée, m'a dit un jour ceci : une vraie amitié, si elle est
sincère,  surmonte les épreuves de la vie et ne se rompt pas suite à une dispute. Alors panse ton coeur et tes plaies. Si cela peut te réconforter un tant soit peu, sache que je t'offre mon
amitié et que la mienne sera sincère.
Gros bisous gentille Dine. Tu es dans mes pensées
Déborah


krismalo 07/05/2009 23:07

Une triste réalité décrite avec des mots forts!
amicalement
krismalo

Déborah Bernardeau 08/05/2009 08:57


Oui le sort des femmes battues doit interpeller car cela traduit selon moi une conception archaique de la femme, comme étant infèrieure à l'homme et s'appuyant sur des justifications bibliques
voyant dans la femme, la tentatrice ayant commis le péché originel. Or, selon moi il n'y a ni sexe faible,  ni sexe fort, juste deux natures différentes qui partagent des moments de tendresse,
d'amour et de partage.
Amicalement
Déborah


douce vitta 05/05/2009 21:06

la douleur des phrases saignent en mots

ton amie du deert des mots

Déborah Bernardeau 05/05/2009 23:14


C'est vrai que parfois les mots peuvent saigner... Une expression qui me parle beaucoup... Merci à toi et bonne nuit douce vitta !
Amitiés
Déborah


Abeilles50 05/05/2009 17:18

La Targuia est la femme touareg... Si tu viens mon texte, tu comprendras... lol
Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

Déborah Bernardeau 05/05/2009 17:31


Ok je passerai y faire un tour... Merci pour l'info...
BIZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ


Abeilles50 05/05/2009 17:12

Il y a cependant une Femme qui est "maîtresse" en son pays, c'est la Targuia, titre également d'un de mes textes...
Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

Déborah Bernardeau 05/05/2009 17:13


La Targuia ?! C'est qui ? Je ne connais pas... Tu m'expliques ?
BiZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ