UN PETIT DEFI POETIQUE POUR S'AMUSER UN PEU

Publié le par Déborah




Petit jeu entre amis de Plume


Ce jeu poètique proposé par un ami poète (Prince du désert) consiste à  composer un poème dont les rimes se terminent par les mots d'un poème de Paul Verlaine et qui était utilisé par les résistants français durant la 2eme guerre mondiale.Voici la structure:

--------------------des sanglots longs
--------------------des violons
--------------------de l'automne
--------------------blesse mon coeur
--------------------d'une langueur
--------------------monotone.

J'espère que ce jeu poètique vous amusera et que vous serez nombreux à participer. Alors tous à vos plumes  et amusez vous bien!

Ce jeu comme tous les autres est à durée illimitée dans le temps...


Les participants :

Prince du désert (poète de Mytexte) lien

Paloma ( Etoiles de mes nuits) lien

Damien Verhee (La fleur sauvage) lien

Diogène ( Socrate en délire) lien

Ma participation (oiseau lyre)


Amtealty Bougnen (amtealty.e-monsite)  lien

La participation de Prince du désert

Dans ma tristesse, je pousse des sanglots longs.
Je gémis comme le son des cordes des violons.
Mes larmes tombent comme les feuilles de l'automne.
La disparition tragique de cet enfant blesse mon coeur
Et noie mon ame dans une mélancolie d'une langueur
Bleme , suffocante triste et durement monotone.


La participation de Paloma


Chagrin d'automne

Mes nuits sans étoiles me tirent des sanglots longs.
Je me laisse bercer par le son des violons,
pour oublier que ma vie n'est que le reflet de l'automne.
Tout ce qui blesse mon coeur
me souffle une chanson d'une langueur,
d'une tristesse et d'un rythme si momotone...


La participation de Damien

Ce soir, je verse des sanglots longs,
Verdi me transperce aux rythmes des violons,
J'enchaîne sur Vivaldi et la saison de l'automne
La musique apaise autant qu'elle blesse mon coeur,
Cette triste harmonie des cordes d'une langueur
Océane, me plonge dans un désarroi monotone.



La participation de Diogène

LA FACE CACHEE DU SOURIRE


Les extensions de solitude que tuméfient des sanglots longs
Mettent en musique l'exaltante partition des violons
Qui saignent l'insistante mélancolie de l'automne.

Goutte-à-goutte viscéral où se blesse mon cœur
Noirci par l'intime excédé d'une langueur
Engourdie juste le temps d'un venin monotone

Ma participation

Larmes automnales

 

 

Au gré du vent des sanglots longs

Bruissent de leurs cordes  tels des violons

Agitant les feuilles de l’automne

De leurs suppliques qui blessent mon cœur

Et l’enveloppent légères  d’une langueur

Au parfum d’octobre monotone




La participation de Amtealty Bougnen

LE DEPART DE MON AMI

 

Je pleure,verse des sanglots longs.

Je n'aime plus la musique des violons,

Car mon ami est parti au début de l'automne.

Son départ, encore blesse mon cœur.

Le triste chant des violons me remplit d'une langueur,

Car ma vie sans lui est trop monotone.

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

amtealty bougnen 25/05/2009 21:58

bonsoir ,jai découvert tons ite il ya deux jours et depuis je ne le quitte plus il est super  comme j'aime écrire même si je ne suis pas une pro  j'ai participé à ton petit jeu  voici ce que j'ai écrit ce fut dur car je préfère être rigolote  que triste  amitiés  






LE DEPART DE MON AMI
 
Je pleure,verse des sanglots longs.
Je n'aime plus la musique des violons,
Car mon ami est parti au début de l'automne.
Son départ, encore blesse mon cœur.
Le triste chant des violons me remplit d'une langueur,
Car ma vie sans lui est trop monotone.
 
Amtealty Bougnen

Déborah 26/05/2009 19:37


Bonsoir Amtealty,

Moi j'avais découvert tes écrits sur Mytexte (pseudo : deborah58). A présent, je ne publie plus pour le moment sur ce
site littéraire, mais je suis toujours enchantée de retrouver sur mon blog des "my textiens"... Merci pour ta  jolie participation que j'ai publié aujourd'hui.. Je te souhaite de retrouver ton
ami. Moi, j'ai envoyé une "bouteille à la mer" pour retrouver une amitié perdue, mais je doute que cette bouteille  ne lui parvienne et même si elle lui parvenait, je ne suis pas sûre que cela
changerait grand chose.
Mes amitiés
Déborah


prince du desert 22/05/2009 18:22

Bonjour Deborah
Ta participation a rehaussé de valeur ce jeu poetique.Avec la magie de tes mots ensorcellants est remarquable.
A vrai dire ,je frequente ton blog plus que le site de my texte que je commence à bouder . car ici je ressens d 'etre dans un havre de paix loin des tumultes poétiques et autres choses ...
Amicalement..
Amicalement

Déborah 23/05/2009 17:38


Bonsoir Prince du désert,

Merci pour ce gentil compliment concernant mes écrits et mon blog. J'en suis trés flattée. Personnellement je ne retournerai plus sur Mytexte, mais tu sais, je pense que les conflits sur ce site
littéraire vont s'apaiser avec le temps. Il faut que tu continues de publier tes poèmes car tu as du talent et cela serait dommage de te priver de l'avis de nos amis de plume. Moi je publie (en
plus d'overblog) de temps à autre sur le site "la plume et l'encrier". C'est un salon littéraire qui a ouvert il y a peu de temps mais où l'ambiance est assez sympa.
Amicalement
Bonne soirée
Déborah


Diogène 21/05/2009 01:46

Bonjour Déborah,

Peut-être bien que j'ai effectué une fausse manoeuvre il y a peu en envoyant ma contribution à ton Jeu..
Je ne serai pas étonné que rien ne soit parti de mon tonneau.
Si tel est le cas, veux-tu bien m'en informer que je réitère avec davantage d'application ? Merci.

Et belle journée à toi, la lionne de l'Yonne (il est tard, tous les jeux de mots laids sont autorisés...)
Amitiés,
Diogène

Déborah 21/05/2009 17:18


Pas de souci Diogène ... aucune fausse manoeuvre à signaler... La lionne de l'Yonne ?
Marrant comme surnom... je n'y avais encore jamais eu droit ! Mais bon à 01H46 du matin, les jeux de mots dansent en concerto et le la lionne  dormira bientôt !


Diogène 21/05/2009 01:20

Bonjour Déborah,

Quelques lignes nocturnes qui n'ont sues donner que ça !
Après tout,je viens de me faire plaisr et ça n'est déjà pas si mal. Voici donc l'objet :


LA FACE CACHEE DU SOURIRE


Les extensions de solitude que tuméfient des sanglots longs
Mettent en musique l'exaltante partition des violons
Qui saignent l'insistante mélancolie de l'automne.

Goutte-à-goutte viscéral où se blesse mon cœur
Noirci par l'intime excédé d'une langueur
Engourdie juste le temps d'un venin monotone.


Diogène

Déborah 21/05/2009 17:15



Ton poème est d'une délicieuse mélancolie... Tu as un coup de plume particulier Diogène (mais je te l'ai déja dit, non ?!). Bravo l'artiste !
Amitiés
Belle soirée à toi
Déborah



Damien Verhee 20/05/2009 23:09

bonsoir, voici ma participation...3, 2, 1 c'est parti!
Ce soir, je verse des sanglots longs,
Verdi me transperce aux rythmes des violons,
J'enchaîne sur Vivaldi et la saison de l'automne:
La musique apaise autant qu'elle blesse mon coeur,
Cette triste harmonie des cordes d'une langueur
Océane, me plonge dans un désarroi monotone.

Damien,
Bisous, bonne soirée, et, ...Merci pour ces jeux qui nous font du bien

Déborah 21/05/2009 17:03


Superbe ta participation Damien... En lisant ton poème j'ai eu l'impression d'entendre la musique. Chapeau bas Monsieur le Poète. Un papa poète, une fille douée pour le chant, quelle famille
talentueuse !
Amicalement
Déborah