REGARD BUISSONNIER

Publié le par Déborah

 


 

Regard buissonnier

 

Au fond de la classe crayeuse et parfumée

On entend le soupir d’un rêveur polisson

Qui le crayon en l’air son esprit a glissé

Dans la cour d’école bien loin de la leçon

 

La maîtresse s’agite devant le tableau noir

Tandis que les élèves s’évertuent à copier

Les règles d’orthographe apprises de mémoire

Qu’il convient à chacun de savoir respecter

 

Mais notre petit homme de son esprit volage

Afin de s’échapper à ces  devoirs d’école

A créé de sa plume un oiseau paysage

Qui évadera son âme au gré des montres molles

 

Dans les yeux de l’enfant au regard buissonnier

Point de règles d’accords qui ne vaille l’attention

Car au  genre et au nombre il préfère à dire vrai

Le doux vagabondage au gré des émotions

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans créations poétiques

Commenter cet article

mirelie 12/06/2009 21:04

J'ai pris du retard avec toi que je vais essayer de rattrapper. J'adore ce texte du petit garçon rêveur et j'adore l'expression "regard buissonnier" . On sent ton amour des enfants. C'est très beau et émouvantBisous Déborah

Déborah 13/06/2009 10:38


Bonjour Mirélie,

Merci pour ton trés gentil commentaire... Entre deux concerts auxquels j'assiste ce week-end, je te réponds, et suis trés touchée par tes mots. En effet, étant professeur des écoles, l'amour des
enfants, ou plutôt le regard bienveillant à l'égard de ces derniers, est une chose primordiale. Pour moi l'enfance constitue quelque chose que l'on doit protéger avec ferveur car c'est un temps
d'innocence et de pureté absolue de l'âme...
Amitiés. Bisous
Déborah


Jackie 22/05/2009 21:55

Un charmant clin d'oeil à Jacques Prévert !

Déborah 23/05/2009 17:44


Ah je savais bien que quelqu'un allait faire le rapprochement !!! Bravo Jackie, effectivement il s'agissait d'un petit clin d'oeil au Cancre de Jacques Prévert (même si je ne prétends hélas pas
avoir son talent...reste la thématique commune !).
Mes amitiés
Déborah


Jayce 22/05/2009 01:01

heuuu 4 derniers vers je voulais dire !! ;0)

Déborah 22/05/2009 08:28


J'avais compris, pas de souci


Jayce 22/05/2009 00:59

sublime , j'adore !!
tout particulièrement les 4 dernières strophes... il y a de la magie la dedans !!

Déborah 22/05/2009 08:28


Merci Jayce... Ton compliment me touche beaucoup
A+
Amicalement
Déborah


Diogène 21/05/2009 11:05

Bonjour Déborah,

Ce poème est un véritable miel aux fragrances nostalgiques.
De plus, il est encore plus savoureux puisque c’est toi, l'enseignante, qui l’écrit !
Si seulement l’enseignement – tout au moins dans sa partie initiale – prenait toujours en compte l’irrépressible et très formateur imaginaire de l’enfance.
Je trouve absolument magnifique que tu ais su exprimer les fragrances d’une époque que tu n’as pas connue (si j’en crois la somptueuse photo de Doisneau)
Es-tu encore, dans ton quotidien autorisée à faire perdurer le rêve ?
En tout cas tu l’écris, et c’est déjà un joli pied de nez aux psychorigides.

Je ne vais pas reprendre ton poème dans son intégralité bien sûr, juste souligner combien ta dernière strophe dit tout.
Et je suis tout à fait épaté de la précision avec laquelle tu as analysé cette photo. D’elle en a découlé ce titre d’évidence : « Regard Buissonnier ».
(Et moi je souris a voir celui du petit camarade de droite. Et je me dis qu’il n’y a décidément que des avantages à être assis auprès d’un rêveur)
Merci à toi de faire sourire nos consciences.

Amitiés,
Diogène

Déborah 21/05/2009 17:25


Bonsoir Diogène,

Merci beaucoup pour ton post qui me fait trés plaisir. Oui, encore aujourd'hui l'imaginaire a le droit de cité à l'école, mais hélas plus à l'école maternelle qu'à l'école élémentaire. J'ai choisi
cette photo de Doisneau qui a servi de point de départ à l'écriture de mon poème. Effectivement, le regard de cet enfant dit tout. J'apprécie énormément ce photographe qui parvient à capter les
sentiments humains et à faire de véritables arrêts sur image sur un pan de la société à un moment donné. Etant enfant, j'étais trés rêveuse, (et au dire des personnes qui me connaissent, je n'ai
toujours pas atteri !), alors c'est vrai que même dans le cadre de l'exercice de ma profession, je continue à avoir un regard bienveillant à l'égard de ces "doux rêveurs", ceux que l'on
surnomme bien gentiment les "têtes dans la lune"... même si parfois c'est un peu destabilisant en tant qu'enseignante.
J'ai effectivement voulu ce texte comme un trait d'union entre école d'autrefois et école d'aujourd'hui... car finalement peu de choses ont vraiment changé...
Amitiés
Déborah