ENFANT SOLDAT

Publié le par Déborah



Enfant soldat

 

Telle une rose aux épines aiguisées de couteaux

L’enfant les poings serrés lacère de ses larmes

Les souvenirs invaincus de son cœur trop gros

Jeunes sœurs violées et maisonnée en flammes

 

En ce lieu assassin où la terre vomit

Les détritus putrides de la bestialité

Les haines sanguinaires jamais inassouvies

Martyrisent les âmes de peurs acidifiées

 

A peine père et mère fussent ils enterrés

Que la milice vint l’arracher à ses pleurs

Afin que le fusil remplace ses vils jouets

Et arme son esprit ravagé de rancœur

 

A toi enfant soldat qu’on envoie sur le front

En te contant une guerre dont tu ignores le sens

Tu n’es pour tous ces chefs que chair à canon

Bouclier de sang frais qu’on envoie en pitance

 

 


 

 

 

Publié dans créations poétiques

Commenter cet article

scribio 28/05/2009 14:01

Un poème qui donne la chair de poule, à l'heure où nos enfants jouent à la guerre sur leur PC, d'autres sont forcés à la faire. Je sais qu'il y a en Afrique des gens qui essayent de sauver ces enfants, et de leur réaprendre à sourire. Merci pour ce cri d'alarme. Bisous

Déborah 28/05/2009 18:38


Merci Scribio pour ton post trés sympa... Oui ce poème était un coup de gueule... Travaillant dans l'enseignement, cette question de l'enfance me touche particulièrement (bien que je pense qu'elle
touche tout un chacun ). Quand cessera t'on de souiller l'enfance ? Inadmissible et révoltant.
Bisous
Déborah


Diogène 27/05/2009 01:31


Bonsoir Déborah,Nous sommes là, nul ne le contestera jamais, an magma fusionnel de l'horreur affichée.Nous dénonçons tous, à un moment ou à un autre, l'extraordinaire bestialité de l'Homme.
Evidemment, rien n'y fait et rien n'y fera. Rien ne change et rien ne changera. Des boucliers humains ces enfants ? Cela n’est même plus le cas !
Cela fait bien longtemps qu'ils sont déchiquetés par des déflagrations d'armes dont ils n'ont jamais eu, au cours de leur courte vie, à se poser la question de savoir s'il était moralement responsable de jouer avec des armes factices. Des fausses armes pour les enfants.
Nausée devant l'ignominie réitérée de siècle en siècle. L'Homme est de loin le plus sanguinaire prédateur de l'Homme. Et peut-être bien même que c'est inscrit dans les gènes.
Alors, que faire ? Se taire ? Certainement pas. Au contraire, par respect pour la mémoire de toutes ces innocences enfantines manipulées de manière plus que dégueulasse par des adultes,  réfractaires définitifs, à toute forme d"Humanité pacifiée et hurler  sans discontinuer dans le chaos du monde son désaveu sans faille de la débauche de cruauté illimitée. Celle qui sature de mort le théâtre sanglant qui se déroule sur cette terre. Apocalypse en cours….Ton poème, Déborah, est par moment quasi irrespirable. Il se devait de l'être. Merci à toi.Mes amitiés et bonne journée à toi,Diogène  

Déborah 27/05/2009 14:45


Bonjour Diogène,

Oui je te rejoins tout à fait lorsque tu dis que "l'homme est le plus sanguinaire prédateur de l'homme"... Tes mots sont hélas cinglants de vérité... Merci pour ton post d'une grande justesse
d'analyse une fois de plus.
Tu as raison, l'atmosphère de mon poème est suffocante... et exprime l'angoisse lancinante que je ressens face à ces ignominies faites aux enfants à travers le monde.
Mes amitiés
Bonne journée à toi Diogène et merci pour ta lecture attentive.
Déborah


Jackie 26/05/2009 10:26

C'est boulversant ce poème Déborah... Cela me fait penser à la chanson de Daniel Balavoine. Bien à toi, bises.

Déborah 26/05/2009 19:51


Je ne connais pas cette chanson de Daniel Balavoine. De quelle chanson parles-tu ?
Merci Jackie pour ton post trés sympa.
Passe une bonne soirée.
Bises
Déborah


damien+verhee 25/05/2009 22:21

Bonsoir Déborah, je trouve que nous devrions tous écrire sur ce sujet, cette inhumanité barbare du siècle dernier...C'est monstrueux de se dire que ces pauvres gosses là, il y en a encore plein la planète!!! Je t'embrasse fortement, bizes

Déborah 26/05/2009 19:41


Bonsoir Damien,

Un peu overbookée en ce moment... pas beaucoup de temps à consacrer à overblog, hélas
Effectivement le fait de souiller ainsi l'enfance est quelque chose de révoltant, d'écoeurant même...
Bisous et bonne soirée Damien...
Déborah

PS : comme tu as pu voir j'ai organisé un nouveau jeu poétique.... Le jeu poétique est musical cette fois-ci... Il s'agit de composer un poème en vers ou en prose à partir des sensations ressenties
à l'écoute d'une musique (je précise qu'il s'agit d'une musique sans paroles afin que chacun laisse libre court à son imagination...le thème étant libre).


virginie+Edensland 25/05/2009 19:19

Un texte qui touche enomement..Un enfant devrait toujours être heureux et innocent....biz

Déborah 25/05/2009 21:55



Tout à fait d'accord avec toi Virginie... On ne devrait pas souiller ainsi l'enfance. c'est écoeurant.
Biz
Déborah