défi poétique en musique

Publié le par Déborah




UN JEU POETIQUE EN MUSIQUE...


Comme nous avançons à grands pas de la fête de la musique, je vous invite à ce petit jeu poétique "musical".  A partir de l''écoute de l'extrait musical ci-dessous du groupe Your hand in mine dont le titre de la chanson est "The Youngest One Had A Rose In His Mouth", composer un poème en vers ou en prose. Le thème est libre et seul compte l'expression de vos émotions à l'écoute de cet extrait musical... Pas besoin de savoir parler anglais, il s'agit d'une composition instrumentale !!!
Je sais, ce n'est pas facile...mais bon vous êtes tellement forts qu'il faut bien que j'augmente un peu la difficulté de mes jeux au fil des semaines !!!!!
Amusez vous bien. 3, 2, 1, à vos plumes ! Pas de limite date pour ce jeu...

Comme d'habitude, envoyez moi vos créations en commentaires de l'article et je les publie.










Les participants :


Arlette Philbois Vers le ciel ) lien


Damien Verhée (la fleur sauvage) lien

Ma participation (oiseau lyre)

Diogène (Socrate en délire) lien

Marie (Marie-Prose) lien

Cristal (le blog de Cristal)  lien

Marc (Cap Metz) lien

Anitaya (le blog d'Anitaya) lien

Maïlyse (le lotus baigné des mots)
lien

Sicko (déréliction) lien

Jakline (lignes de fuite) lien 


Fuxy (le renard du terrier) 
lien

Eva48 (les doudous d'Eva)
lien


 

La participation d'Arlette Philbois

Ne laisse pas passer,
Le vent léger d'éternité,
Arrête un instant,
écoute son discours,
Il offre, une leçon d'amour.

Une mélodie du bonheur,
Exhale ses senteurs,
Avec le bouquet de fleurs,
Une myriade d'amour,
Pourvoit en billet de retour.

Ne cherchez pas à comprendre,
Laissons aller la différence,
Sur les pas de la chance,
Vient de naître la délivrance.

Vogue en symbiose sur les flots,
L'écume des mots,
Murmure des syllabes sans détour,
En belles envolés l'amour.

Le temps incertain peut détruire,
N'abandonne et construit,
Délivre ton empreinte indélébile,
Il nourrira ton espoir sublime.

La splendeur du coeur couronne,
L'arc-en-ciel bénit des joies qui sonnent.
Essuyant tous les pleurs,
Pour faire fuir le malheur.

Le challenge, le défi,
Celui de l'amour en héritage,
Ne prendra aucune rides,
Car l'amour est un partage.

La pensée d'un seul jour,
Ne peut ni s'user, ni s'en aller,
Car il rime avec toujours,
Pour ne pas oublier.

Ne laisse pas passer,
Le vent léger,
Arrête un instant,
écoute son discours,
Il offre une leçon d'amour.

Arlette Philbois

La participation de Damien Verhée 

La mélancolie


C'est cette force immobile
Qui ne nous laisse pas tranquille
Cette braise brûlante
Sur la poudrière de notre coeur
C'est ces peurs terrifiantes
Qui nous tenaillent à toute heure,
C'est l'impossibilité de te voir
C'est ces pleurs, seul, dans le noir,
Cette plaie qui fend le coeur,
Cette boule au fond de la gorge
La mélancolie.

C'est ce parfum sur ma veste
Abandonné comme un témoin
Des bribes du passé qu'il me reste,
De ces souvenirs emprunts
De toi, de tes yeux, de ton corps
C'est cette folie qui me dévore,
C'est ce vide dans mes yeux bleus,
Ce poids qui rend si malheureux,
La mélancolie.

 

 

 

C'est ce désespoir dans ma vie,
Tous ces moments que l'on avait construis,
Cette amertume coincée dans la bouche
L'envie de se laver le cerveau sous la douche,
Le goût de rien, pas même une autre,
C'est être un Jésus sans ses Apôtres,
Ce sont ces funestes idées accablantes
Qu'il n'y a plus de princesse charmante,
C'est cette idée de ne pouvoir finir vieux
Sans ta présence à mes côtés,
C'est ce mal qui me ronge ô mon Dieu,
Quand j'imagine que tu aies pu m'oublier.
La mélancolie.

 

Damien Verhée
Ma participation



 

Rêve musical

 

 

Sur un lit de verdure, à l’orée d’une forêt

Mes yeux se sont fermés alourdis de sommeil

Et alors que mon corps lentement s’enkylosait

Mon esprit construisait le rêve qui s’éveille

 

A petits pas feutrés les clochettes des fées

Rieuses et enjouées  tintaient à mon esprit

Et le vieux  goéland de sa voix mélopée

Enveloppait mon songe d’une douce mélodie

 

 

Les fées se sont hissées sur les ailes de l’oiseau

Arythmie féerique de cœurs entrelacés

Tandis qu’au loin le pas de Pégase au galop

Martelait de sa course la clepsydre pressée




 

 

La participation de Diogène


UNE LARME ECHAPPEE

 

 

C'est un écrin de verdure sur l'écran de ses rêves.

Le vent léger peigne les arbres comme une chevelure

Et semble accepter le partage d'ombre et de lumière

Dans la splendeur du matin et la gloire de crépuscule.

 

Il chante aussi le refrain léger de sa vie,

Destin enivrant d'un murmure d'éternité

Qui entendrait l'infini dans une larme échappée.

 

Lui, il marche et parle pour repousser une nuit

Qu'il aimerait bien perdre dans une forêt de mots doux.

Cependant, les jardins secrets sont faits ... pour rester secrets,

 

Et dans cet avenir qui pointe et s'annonce radieux,

Il trouve quelque chose d'incitatif à la respiration du vivant.

Pourquoi passer à côté de la beauté d'un monde

Qui se déposerait sur ses lèvres en battant des ailes ?

 

Il chante aussi le refrain léger de sa vie,

Destin enivrant d'un murmure d'éternité

Qui entendrait l'infini dans une larme échappée.

 

Au noir incertain, suspendues par magie au ciel atypique,

Se congratulent les étoiles nombreuses qui le regardent, étonnées.

 

 Diogène

 

 

La participation de Marie

 

PLAISIR D'UN RÊVE

Plage immense de sable blanc et désertique
Juste enluminé par les lueurs de la lune
Bercer par le ressac  apathique
De l'océan qui à mon oreille murmure

Allongée dans une totale inertie
N'écoutant que la mélodie des vagues
Corps dénudé offert au souffle agile
D'une brise tiède et impalpable .

Mes pensées s'évadent et dans cette immensité
Traversent le néant du royaume divin
Au dessus des flots, ton esprit retrouver
Et dans l'absolu ne faire plus qu'un .

Dans la pénombre tu m'accompagne
Mon corps incendié de nos étreintes d'hier
Perception subtil , mes sens te réclament
Désir voluptueux , plaisirs solitaires.

Seules témoins de mon éphémère bonheur
Les étoiles amies fidèles de mes jours
Impossible passion qui brûle mon coeur
Lointaine passion qui cèle notre amour .

Sursaut et réveil dans la stupeur, déception
La plage,les étoiles,l'océan,toi déjà tu me manque
J'ai aimé cette nuit,qui m'a donné cette évasion
Où en ton absence mes rêves nous rassemblent .


 Marie

 

La participation de Cristal 

 

 

 

SOUVENIRS


Mon être d’exception
Mon miroir de lumière
Mon amour, ma déraison,
Mon jumeau de l’air et de la terre

Pas de phrases édulcorées
Plus de rêves dans du papier doré
De la vague des saisons, restera l’empreinte
mais souffle du temps, je m’évanouis sans teinte

Tant d’incertitudes dans notre vie
Des larmes en secret et sans bruit
Séparation, dans ce cri de l’amour
Cohorte de  mots lourds

Ton âme et ton corps en crise
Quand dans ce feu tu m’as oubliée
Je n’étais plus de mise
Mais tu n’as rien à te faire pardonner

Maintenant, tu te livres à moi
Et je me demande pourquoi
Partage encore durant des heures
Même si s’en est allé, pour une autre, ton cœur

Regarde tu disais, la nature renaît
Même cela, tu sembles l’avoir oublié
Et dans mes moments de défaite
« Ce n’est pas toi, relève la tête »

Improbable lendemain pour cœur qui vaille
Impuissante je suis, duel en bataille
Je te crie, je te souffle courage
Pour toi je me pose sur un nuage

Ecoute, regarde ce ciel étoilé,
Tant de fois toi et moi l’avons admiré
Et si dure soit cette réalité
Tu te dois d’avancer

Source de lumière, est née notre petite fée
Même séparés, nous restons enchaînés
C’est elle la vie, nous sommes ses racines et ses piliers
C’est notre bonheur à l’état pur, ne l’oublie jamais

Cristal,



Image lygane.centerblog.net

 


La participation de Marc

 

Dans nos nuits d’antan

 

Je quitte tout doucement ma soirée d’homme il est tard

Vous n’avez pas cessé d’être en mon cœur un instant

Vers vous je m’impatiente alors du moindre retard

Pressé je vais vous ravir des instants attendrissants

 

J’entre avec mon amour et une raie de lumière alliée

Je vous vois et j’écoute la musique de vos souffles

Je vous recouvre et vous chuchote bonne nuit bébé

Si près de vous mille émotions presque m’essoufflent

 

Vous m’ignorez intrus dans vos belles nuits d’enfants

Moment fabuleux que j’orchestre à plaisir que très tard

J’aime être alors de votre bien-être l’unique intendant

C’est sur vous que je pose mes plus doux regards

 

J’aimais être affairé en amour dans le confort de vos nuits

Votre doudou préféré à poser près de vous doucement

M’assurer que le froid et le chaud ne provoquent nul ennui

Ensuite je peux entrer dans ma nuit d’homme furtivement

 
Marc de Metz

 

 

 

La participation d'Anitaya 

 

 

L’eau et le vent

 

 

Du regard vert, d'eaux abyssales,
lac aux profondeurs glaciales,
éclate la goutte lacrymale,
tintinnabule la note de cristal

Ruissellement, purifiante ondée
La vague inonde le rivage,
insoumise lame, sur le visage,
en caresse, par le vent ,ondulée

Frémissement, en dunes ondoyantes,
de la main d'EOLE , frolante,
le plaisir affleure : de peau
effleurée, sous le souffle chaud

 Imperceptible , sur la nuque, caressée
Subreptice , sur les lèvres, baiser
Par le courant , transportés,
aux nues exaltantes , soulevés

 

Anitaya


 

 

La participation de Sicko


Et j'y retournerai dans le jardin de mon enfance

Je me promènerai, dans mes rêves d'insouciance

Et je retrouverai le bonheur, l'innocence, les rires

Qui ont déserté mon visage lasse et sans sourire


Et conjuguer au passé mon présent sans avenir

Me laisser entraîner dans la valse des souvenirs

Carressé par une douce nostalgie de faïence

Et peut m'y perdrai-je, dans ces plaines immenses


Sicko



La participation de Fuxy le renard


Une boîte à musique

 

En remontant la clé d’une boîte à musique

Lentement une danseuse en tutu revient à la vie

Elle s’anime alors dans une danse classique

Evoluant et virevoltant sur elle-même à l’infini

 

En remontant la clé d’une boîte à musique

Peu à peu un sentiment de paix intérieure

M’envahi jusqu’à me rendre amnésique

Aux agressions sonores du monde extérieur

 

En remontant la clé d’une boîte à musique

Je me rappelle des moments de mon enfance

En écoutant ces quelques notes mécaniques

Me voici revenu au temps de l’innocence

 

En remontant la clé d’une boîte à musique

Des images du passé se forment dans ma tête

Reviennent alors en moi des souvenirs authentiques

Tous ces merveilleux moments où l’on faisait la fête

 

Fuxy, le renard

30 mai 2009






La participation d'Eva


cela me rappelle une petite danseuse
 dans une bouteille
 joie de tous mes enfants,
mécanisme à remonter
 pour la voir tourner et
écouter les petites notes de musique


souvenir ancien
l'enfance oubliée
et coule la vie

Eva

La participation de Maïlyse

Il est l'heure de Sieur Lutin Sommeil

Au pays du Bois des Pins Vermeil,
A la tombée de la nuit étoilée,
Une nuée de lucioles vient accompagner
Le rythme joyeux de Sieur Lutin Sommeil.
On entend au loin son clocheton doré,
Cousu sur son chapeau vert pointu,
Dans sa petite main gauche charnue,
Il fait raisonner son triangle argenté.
Il gambade de demeure en demeure,
Annonçant ainsi les douces heures,
Qui annonce enfin le repos mériter,
Après une journée de dur labeur éreinté.
En cette vallée des bois enchanteurs,
Il est le Maître incontesté hypnotiseur ,
De sa voix et son chant enjôleur
Les habitants sombrent dans le bonheur.
Il est l'heure d'emprunter enfin le chemin,
De cette nuit reposante sans chagrin
Le sommeil n'aura pas besoin de Morphée
Puisque Sieur Lutin Sommeil à le don de veiller
Sur tout ses protégés en des rêves émerveillés...

Maïlyse
le 04/06/09



La participation de Jakline


Elle s’avance, la note gracile

Elle pénètre là dans ton cerveau

Pour un  temps elle y élit domicile

Et sans fin dévide son écheveau.

 

Elle virevolte  la   mélodie

Dans ses accents profonds et harmonieux

Faut-il  voir une  noire tragédie

Ou bien une romance d’amoureux ?

 

Il n’est question que d’amour  romantique

Dans la barcarolle du gondolier

Alors que sourd  la note humoristique

De  la ritournelle du chansonnier

 

Par sa berceuse la  vieille nourrice

Clame l’adoration du nourrisson

Et calme du même élan le caprice

 Qui  ébranle ce petit enfançon

 

 C’est la petite musique de vie,

Qui nous accompagne au long du chemin

Elle palpite au gré de nos envies

Et  se conserve sur un parchemin.


Jakline



Commenter cet article

Jakline 15/06/2009 00:19

Je n'avais pas oublié ton invitation, mais j'ai eu un emploi du temps très chargé suivi...d' une légère panne de neurones, la situation évoluant, voici ma proposition( mieux vaut tard que jamais  ?!)
Elle s’avance, la note gracile
Elle pénètre là dans ton cerveau
Pour un  temps elle y élit domicile
Et sans fin dévide son écheveau.
 
Elle virevolte  la   mélodie
Dans ses accents profonds et harmonieux
Faut-il  voir une  noire tragédie
Ou bien une romance d’amoureux ?
 
Il n’est question que d’amour  romantique
Dans la barcarolle du gondolier
Alors que sourd  la note humoristique
De  la ritournelle du chansonnier
 
Par sa berceuse la  vieille nourrice
Clame l’adoration du nourrisson
Et calme du même élan le caprice
 Qui  ébranle ce petit enfançon
 
 C’est la petite musique de vie,
Qui nous accompagne au long du chemin
Elle palpite au gré de nos envies
Et  se conserve sur un parchemin.

Déborah 15/06/2009 19:46


Un trés beau poème musical Jakline. Il aurait vraiment dommage que ta jolie plume ne vienne ensoleiller Oiseau Lyre pour ce défi poétique ! Merci d'y avoir participé et au plaisir de te lire à
nouveau.
Amitiés
Bisous
Déborah


Maïlyse 04/06/2009 21:39

Oups j ai omis de mettre le lien de l'article désolée...Bisous bisous à bientôt

Déborah 05/06/2009 20:10


Merci Maïlyse pour ta trés jolie participation


Maïlyse 04/06/2009 21:36

Re coucou Déborah,Un petit peu en retard mais je te joint ma participation à ce jeu d'écriture qui m'a inspirer un peu de féerie...Bisous amicaux et douce soirée Il est l'heure de Sieur Lutin SommeilAu pays du Bois des Pins Vermeil,A la tombée de la nuit étoilée,Une nuée de lucioles vient accompagnerLe rythme joyeux de Sieur Lutin Sommeil.On entend au loin son clocheton doré,Cousu sur son chapeau vert pointu,Dans sa petite main gauche charnue,Il fait raisonner son triangle argenté.Il gambade de demeure en demeure,Annonçant ainsi les douces heures,Qui annonce enfin le repos mériter,Après une journée de dur labeur éreinté.En cette vallée des bois enchanteurs,Il est le Maître incontesté hypnotiseur ,De sa voix et son chant enjôleurLes habitants sombrent dans le bonheur.Il est l'heure d'emprunter enfin le chemin,De cette nuit reposante sans chagrinLe sommeil n'aura pas besoin de MorphéePuisque Sieur Lutin Sommeil à le don de veillerSur tout ses protégés en des rêves émerveillés...Maïlysele 04/06/09

Déborah 05/06/2009 20:09


Coucou Maïlyse,

Un charmant Sieur lutin sommeil qui nous câline de rêves de miel ! Bravo pour ta douce et belle participation à mon défi poétique Maïlyse... Cet composition instrumentale en effet suggérait la
quiétude et le repos... Moi-même, il m'arrive de l'écouter avant de m'endormir pour me tranquiliser lorsque je suis soucieuse.
Bisous et bon week-end.  A lundi si tu en as le temps et l'envie pour un nouveau défi poétique sur "oiseau lyre" !
Déborah


ev48 30/05/2009 21:20

bonjour deborah c 'est ma première participation à un de tes défis,trouvé en passant par le terrier,je l' ai publié sur mon blog,je crois que j' aurai du le faire icibonne soirée éva

Déborah 31/05/2009 20:52


Pas grave... je vais aller le récupérer sur ton blog... Enchantée de faire ta connaissance Eva...
Amicalement
Passe une bonne soirée !
Déborah


Fuxa et Fuxy, les renards du terrier 29/05/2009 22:14


Bonsoir Déborah,
 
Voici la participation de Fuxy, le renard du terrier à ton défi d’écriture musicale. Il sera publié samedi 30 mai à partir de 6 h 00 dans le terrier des renards.
 
Une boîte à musique
 
En remontant la clé d’une boîte à musique
Lentement une danseuse en tutu revient à la vie
Elle s’anime alors dans une danse classique
Evoluant et virevoltant sur elle-même à l’infini
 
En remontant la clé d’une boîte à musique
Peu à peu un sentiment de paix intérieure
M’envahi jusqu’à me rendre amnésique
Aux agressions sonores du monde extérieur
 
En remontant la clé d’une boîte à musique
Je me rappelle des moments de mon enfance
En écoutant ces quelques notes mécaniques
Me voici revenu au temps de l’innocence
 
En remontant la clé d’une boîte à musique
Des images du passé se forment dans ma tête
Reviennent alors en moi des souvenirs authentiques
Tous ces merveilleux moments où l’on faisait la fête
 
Fuxy, le renard
30 mai 2009
 

 
 
Bonne soirée,
Bises de Catherine et Laurent,
Les renards du terrier
 

Déborah 31/05/2009 20:01


Bonsoir Fuxy,

Merci pour ta trés réussie participation à mon défi poétique musical... J'ai eu moi aussi durant mon enfance une boite à musique... Encore aujourd'hui de temps à autre, ses notes mélancoliques et
en même temps pleines de douceur reviennent à mon esprit et ravivent d'un coup d'intenses émotions passées...
Mes amitiés
Déborah