Poéme dont VOUS êtes le héros : le château dans les nuages (1)

Publié le par Déborah







Voici un conte versifié  dont VOUS êtes le héros. Le principe est trés simple.  Au fil du poème,  vous choisissez, en fonction des différents choix proposés la suite de l'histoire. Pour cela vous devez cliquer sur le numéro correspondant.
Ceci est le premier chapitre de ce périple au coeur de l'Ecosse ténébreuse...



Le château dans les nuages...
(épisode 1 : aux portes du château)

Il était une fois un étrange château

Perdu dans les nuages entre deux gouttes d’eau

Dont le propriétaire au funeste destin

Mourut empoisonné par un vil  assassin

 

C’est à présent à vous de choisir la suite

Et de dire en héros si vous prenez la fuite(1)

Ou si homme courageux vous entrez malgré tout

En franchissant la porte de ce lieu un peu fou (2)

 

 

Commenter cet article

damien+verhee 14/06/2009 12:34

Ton festival c'est à Montereau Fault Yonne? Et Tu dis qu'il y aura Raphaël, genre...MON Raphaël?????? Alors là je suis déguoutté, en plus qu'il tombe des cordes comme t'as pas idée, je suis sur le cul de savoir que Mr Haroche est sur la route....

Déborah 15/06/2009 19:02


Oui Damien c'est bien à Montereau Fault Yonne... mais je plaide non coupable !
Je ne savais pas que tu aimais bien Raphaël
Moi je lui ai préféré Grand Corps Malade...
Bisous et bonne soirée !
Déborah


Bruno 13/06/2009 11:20

Les poésies sont le reflet de notre âme Bon samedi à vous

Déborah 14/06/2009 09:42


oui je crois également que nos mots poétiques reflètent notre manière de percevoir le monde. Excellente fin de week-end Bruno et merci pour votre passage sur "Oiseau lyre".


Fuxa et Fuxy, les renards du terrier 12/06/2009 23:48


Bonsoir Déborah,
 
Fuxa et Fuxy, les renards du terrier, ont bien reçu ta participation au jeu de plumes amicales – Un château dans les nuages.
 
Dès le 13 juin à 6 h 00, cette dernière sera publiée dans un article au sein du terrier des renards.
 
Pour cette participation légèrement différente mais très originale dans sa conception, les renards ne publieront que la première partie de ce texte. Les liens actifs (1) et (2) enverront les visiteurs vers ton site.
 
Bonne nuit,
Bises de Catherine et Laurent,
Les renards du terrier
 

Déborah 13/06/2009 10:48


Bonjour,

Merci beaucoup à vous deux d'avoir organisé ce jeu poétique qui m'a énormément plu. Le prochain épisode sera publié la semaine prochaine (il y en aura trois en tout). Bisous à vous deux et merci
d'avoir accepté ma participation.
Excellent week-end. Bisous
Déborah


damien+verhee 12/06/2009 23:17

Salut Déborah, là  je m'incline, tu es la plus forte de mes liens, et amies bloggueuses...C'est excellent ton idée de choisir la suite. Mais où donc vas-tu chercher toutes ces idées, que ce soit tes concours, ou tes textes. Je t'embrasse Tu es épatante, vraiment......C'est de loin l'idée la plus originale que j'ai vu...et lu

Déborah 13/06/2009 10:45


Salut Damien,

Là je suis rouge pivoine devant de tels éloges poétiques... En fait, j'adore qu'il y ait interactivité lors de la lecture d'un poème... d'où cette idée d'écrire un poème dont on est le héros (à
l'image des romans dont on est le héros). Sur le plan narratif ce n'est pas un exercice facile car cela suppose d'envisager le poème comme un scénario à plusieurs suites possibles. Bref, une même
histoire pour plusieurs déroulements... La suite la semaine prochaine... Merci pour ton post vraiment trés sympa... Aujourd'hui, festival à Montereau : je vais voir Bénabar, Grand Corps Malade et
les Tambours du Bronx... J'espère que ton moral va mieux. Je te souhaite un excellent week-end avec ta petite famille. Bisous
Déborah


DIOGENE 12/06/2009 15:18

Bonjour Déborah,
 
Impressionné je le suis par la discipline d’écriture que tu viens de t‘imposer (et que tu souhaites, je crois le comprendre, t’imposer encore).
En offrant au lecteur de recourir, à intervalles réguliers, à l’alternative offerte par son histoire, sa culture, sa conscience, son affectif, etc. tu lui permets d’agir – de façon intellectuelle ou idéaliste par exemple – sur ce qui est à l’ordinaire du seul ordre du destin !
Je crois qu’un film comme « Smoking / No smoking » fonctionnait comme cela : Que serait devenue ma vie si en sortant de ce lieu j’avais choisi de remonter la rue plutôt que de la descendre ?
Evidemment, nul dans l’absolu ne le sait et ce qui est amusant, déroutant, peut-être troublant peut également, et vite, aspirer chacun de nous dans une mise en abîme inconfortable et le faire sombrer dans une gigantesque remise en question.
 
Tiens, je crois bien que je viens de m’égarer quelque peu et tu sais quoi, j’adore cela ! Merci.
 
Il reste ton écriture et pour le coup, c’est bien là l’essentiel. Riche, complexe et, par bonheur, insondable. Un peu comme la vie. Et quand on prend conscience de tout ce qu’on ne parvient pas à formuler, on comprend mieux le pourquoi de nos balbutiements.
 
Merci pour ce Castel nuageux Déborah, et belle fin de journée à toi.
Mes amitiés,Diogène

Déborah 13/06/2009 10:20


Bonjour Diogène,

Merci pour cette analyse de mon poème... Effectivement, le lecteur est ici placé devant des choix, qu'il doit opérer en fonction de sa personnalité,  de l'expression inconsciente de son vécu
culturel et aussi de stratégies sous-jacentes à sa manière d'évoluer dans l'histoire : exemple vaut-il mieux parler le premier ou laisser le Mort s'exprimer? Dans le premier cas, notre attitude
risque de le mécontenter et d'attiser sa colère... Pourtant, est-ce vraiment une bonne idée que de laisser à un Mort (censé être muet justement puisque mort) l'initiative de l'échange ? Cruel
dilemme...Le prochain épisode sera publié dans le courant de la semaine prochaine....
Belle journée à toi Diogène
Mes amitiés
Déborah